L’histoire du Grand Prix de Monaco

Le Grand Prix de F1 de Monaco allie tradition et technique de pilotage. Tous les plus grand pilotes s’y sont illustrés depuis près d’une siècle, une histoire exceptionnelle qui commence en 1929.

C’est le 14 avril 1929, à 13h30, très précisément que le premier feu rouge est passé au vert en Principauté de Monaco. Une première édition placée sous la présidence d’honneur de S.A.S. le Prince Louis II.
Après que S.A.S. le Prince Pierre ait ouvert le circuit à bord d’une Voisin, Charles Faroux, directeur de course a libéré 16 concurrents qui allaient en découdre sur les cent tours de circuit, soit une distance de 318 Km.

Pour la petite histoire, c’est un dénommé Williams, sur une Bugatti 35 B de couleur verte qui remporte cette première édition du Grand Prix de Monaco à la vitesse de 80,194 Km/h… !

Un événement international majeur

Avec les 24 heures du Mans et les 500 miles d’Indianapolis, le Rallye de Monte-Carlo et le Grand Prix de Monacoconstituent deux des quatre événements se sport automobile les plus connus à travers le monde.
Le Grand Prix soit son existence à la volonté et au travail d’un passionné de sport, Anthony Noghès, ancien trésorier général des finances. S’appuyant sur les structures d’une ancienne association sportive créée en 1890, “l’Association Vélocipédique Monégasque” qui était devenue, quelques années plus tard, “l’Association Sport Automobile et vélocipédique”, il mit en place, avec ses amis, “l’Automobile club de Monaco”.

Après avoir pris exemple sur d’autres villes, comme Santa Monica aux Etats-Unis, il soumet un projet de course de vitesse dans les rues de la Principauté. Avec l’appui de Louis Chiron, grand champion automobile monégasque de l’époque, un tracé qui ne nécessitera que très peu de travaux, sera rapidement dessiné.

Changements successifs de circuit

Le circuit d’origine ne fut que très peu modifié au fil des années. En 1952, le virage “Sainte- Dévote” fut rectifié, ce qui n’entrainera qu’une réduction de 35 mètres par tour… Le second changement, beaucoup plus conséquent intervint en 1973. A la suite de la construction de la piscine, le tracé fut dirigé le long du port et les stands furent installés sur l’ancien quai. Le circuit gagna le virage de “la Rascasse” et 135 mètres supplémentaires. Le nombre de tours fut alors amené à 78.
Trois ans plus tard, deux chicanes furent rajoutées, l’une à la sortie de l’épingle du restaurant “la Rascasse”. Ainsi le circuit fut rallongé de 34 mètres.
En 1986, une chicane supplémentaire, au début du quai des Etats-Unis, porte la distance au tour à 3,328 Km. Le dernier changement intervint en 1997. Il s’agit de la modification du “S” de la piscine qui donna la distance actuelle de 3,367 Km.

Les plus grands pilotes au palmarès

Depuis la création de l’épreuve, la Principauté n’a connu que 14 années sans son Grand Prix , soit de 1939 à 1947 puis, en 1949, 1951, 1953 et 1954. Depuis 1950, le Grand Prix de F1 de Monaco compte pour le championnat du Monde des Constructeurs. En 1952, les organisateurs optèrent pour les voitures “Sport”, à la place des formules 2 retenues pour le championnat du monde.

Tout au long de l’histoire du Grand Prix de Monaco, les plus grands pilotes et constructeurs les plus performants et renommés ont inscrit leurs noms au palmarès. Après les Williams, Louis Chiron, le “régional de l’étape” ou Nino Farina, Juan Manuel Fangio dont le souvenir et le nom traverse les décennies, ouvrit la longue liste des multi vainqueurs du titre, en 1950, à bord d’une Alpha Roméo 158 puis sept ans plus tard, cette fois sur une Maserati 250 F. D’autres lui ont succédé, Maurice Trintignant (deux titres), Stirling Moss (3 victoires), Graham Hill qui l’emporta à cinq reprises en sept ans… Les plus grandes firmes, Mercedes, Ferrari, Maserati, Lotus ou Renault, ont toujours été présentes.

Une politique sportive déterminée

Plus près de nous, Nikki Lauda, Alain Prost, Ayrton Senna, Olivier Panis, David Coultard, Mika Hakkinen, Montoya ou Trulli ont arraché la victoire en Principauté. Sans oublier Michael Shumacher, sept fois champion du monde qui, à bord de sa Ferrari magique, l’a emporté à cinq reprises sur le circuit de Monaco.

Ainsi, le plus petit état européen, après la cité du Vatican, a vu les efforts et l’imagination de ses dirigeants récompensés. L’apparition du Grand Prix de Monaco au calendrier international fut bien la conséquence d’une politique sportive déterminée des souverains monégasques et des dirigeants de l’Automobile Club de Monaco.

Cliquez ici pour voir les Propriétés disponibles à la location pour le Grand Prix de Formule 1 de Monaco.

Laisser un commentaire